L’impact du piratage sur le monde de la musique en 2021

Que ce soit pour la passion, l’échange, le plaisir, le partage ou encore le jeu, le piratage reste un problème pour l’évolution de l’industrie musicale. Même si beaucoup trouvent que l’impact négatif qu’on lui attribue est surfait, il est important de noter que le piratage est l’une des causes majeures de la récession sans précédent que l’univers culturel et musical connaît depuis la fin des années 1990. Plutôt que de s’offrir les productions musicales en toute légalité, nombreux sont les mélomanes qui préfèrent de loin se tourner vers les sites de piratage pour avoir accès aux musiques du moment. Sur cette page, nous faisons un point sur le piratage dans l’industrie musicale en incluant bien évidemment les sites sur lesquels les albums de musique de 2021 sont les plus piratés

Téléchargez et jouez sur des sites sécurisés

La première motivation des internautes qui préfèrent s’offrir des œuvres piratées, c’est la gratuité de ce qui leur est offert. S’il y a bien un piège caché derrière cela, c’est que tout ce qui est gratuit n’est pas toujours fiable. Dans le domaine des jeux de hasard par exemple, il est conseillé de se divertir sur un site comme Nordicasino qui est fiable et recommandé comme le disent les experts du site Casino-en-ligne.frEn effet, il existe de nombreux opérateurs qui en apparence semblent fiables et légaux, mais qui ne sont autres que des plateformes véreuses dont le seul but est de vous dépouiller de votre argent durement gagné. Par ailleurs, en vous rendant sur des plateformes qui ne sont pas légitimes et donc pas sécurisées, vous risquez non seulement de vous faire voler vos identifiants et vos codes d’accès, mais également de voir vos données personnelles être divulguées, vendues ou utilisées à des fins malhonnêtes. Ceci dit, opter pour un site légal et fiable pour se divertir n’est pas réellement une option. Vous y avez la garantie de la sécurité et de l’équité des offres qui sont mises à votre disposition. Mieux, sur les opérateurs légaux, vous avez droit à ce qui se fait de mieux, qu’il s’agisse de jeux, de musique, de livres ou encore de films.

Le piratage encore d’actualité en 2021

Le piratage de biens culturels a fait son entrée dans le monde vers la fin des années 1990. De nombreux secteurs en ont fait les frais, y compris celui de la musique qui en France par exemple a vu son chiffre d’affaires baissé de moitié entre 2005 et 2011. Entre l’année 2011 et aujourd’hui les longs édits de la littérature économique, les interventions légales et la présence de plus en plus imposante des plateformes de streaming ne sont pas parvenus à mettre un frein au piratage. Le mal est de plus en plus présent. En 2020 par exemple, avec le confinement, on a noté un pic du taux de téléchargement illégal en France. En effet, selon la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet ou HADOPI qui lutte contre le téléchargement illégal. on est passé à 28% de la population, soit plus de 1 Français sur 4 qui s’adonne au téléchargement illégal sur les plateformes de musique en ligne. Par ailleurs, selon le Baromètre de la consommation de biens culturels dématérialisés publié le 11 février 2021, il ne s’agit pas seulement d’une augmentation du pourcentage de piratage, mais également d’une intensification du mal. Il faut dire que l’impossibilité de participer aux concerts et grands évènements de musique qui se tiennent habituellement a beaucoup contribué à cet effet dégradant du piratage sur l’industrie musicale.

Les techniques de piratage utilisées en 2021

Ce qui rend le piratage bien plus résistant aux nombreuses actions des sites de streaming comme Spotify, Musixmatch ou encore Shazam, c’est la multiplicité des options disponibles pour télécharger illégalement de la musique en ligne. En effet, si les plateformes de streaming sont cannibalisées parce qu’elles offrent un plein accès uniquement aux utilisateurs qui choisissent des options payantes, elles sont davantage menacées par les techniques deux fois plus nombreuses et diversifiées qui permettent d’accéder gratuitement aux œuvres des plus grands artistes comme Justin Bieber. Voici en 2021 les techniques de piratage les plus fréquentes pour télécharger de la musique de manière illégale :

Le stream Ripping

C’est bien évidemment la première technique à laquelle on pense lorsqu’il s’agit de télécharger des albums de musique de manière illégale. Le stream ripping consiste tout simplement à télécharger des copies des œuvres musicales disponibles en ligne sur son PC ou son smartphone pour éviter d’avoir à payer pour les écouter. Une étude de la Fédération internationale de l’industrie phonographique (IFIP) a rapporté que plus du tiers des consommateurs, soit près de 38% s’adonne à l’extraction des flux musicaux en copie de contenu streaming pour contourner les frais des sites payants. Le pire, c’est que les flux audio extraits sont souvent partagés et le grand nombre de personnes qui y sont impliquées rend cette technique quasi inarrêtable. Des sites comme mp3juices, flvto et mp3-youtube ont été à maintes reprises dans le collimateur des autorités comme la RIAA (Recording Industry Association of America) en raison de leur implication dans le stream ripping.

Les logiciels Peer-to-peer

En temps normal, le streaming était censé sauver l’industrie musicale, et si c’est perdu d’avance à cause du stream ripping, cela l’est encore plus avec les logiciels peer-to-peer ou pair à pair ou encore P2P. En 2021, Russ Crupnick, un analyste de MusicWatch a donné les résultats d’une étude qui montrent que plus de 8 millions d’internautes âgés entre 13 et 40 ans ont effectué des téléchargements illégaux d’albums de musique via des sites ou logiciels Peer-to-peer. Il s’agit de logiciels libres grâce auxquels vous pourrez télécharger autant de contenus musicaux que vous le souhaitez aussi bien en audio qu’en vidéo sans avoir à payer le moindre sou. Les sites les plus connus sont Emule, Bittorrent (et autre réseau Torrent), thepiratebay ou encore Rarbg.

La recherche et le téléchargement de MP3

En dehors du stream ripping et des téléchargements P2P, les mélomanes peu scrupuleux font également recours à des sites de recherche et de téléchargement gratuit. Il s’agit d’hébergeurs sur lesquels vous pourrez vous rendre pour découvrir de nombreuses productions musicales et même des albums entiers. Les plateformes comme zippyshare, hitfile et nitroflare s’inscrivent dans cette catégorie.

Il va sans dire qu’avec les nombreuses options qui existent pour télécharger de la musique de manière frauduleuse, on comprend pourquoi les innombrables campagnes des plateformes de streaming légales pour reprendre le contrôle de l’industrie musicale peinent à produire des résultats convaincants. Bon nombre de mélomanes restent attachés aux plateformes illicites pour contourner non seulement les frais d’abonnement sur les sites payants, mais également quelques restrictions y afférents. En 2021, le piratage connaît un nouveau regain favorisé entre autres par la crise sanitaire qui sévit depuis 2020. Dans ce tableau peu reluisant, le monde culturel et les talents artistiques qui s’investissent pour produire des œuvres dignes du nom sont les premiers à être affectés.

Added by

Yann

SHARE