Deadi - Courave Lyrics

Paroles Originale de la Chanson “Courave par Deadi Featuring L’uZine”

[Intro : Deadi]
L’uZine avec un Z, les gens

[Couplet 1 : Tonio le Vakeso]
Descendant d’esclaves, petit-fils de tirailleurs
Diront qu’y a pire ailleurs, c’est triste à dire mais la misère nous inspire au meilleur
J’avance la corde au cou, l’estomac noué
Ici, on est beaucoup mais j’ai qu’une seule bouée
J’navigue entre les vagues tous les jours que Dieu fait
À deux bols d’air de la noyade, j’ai pas les mots d’Baudelairе, j’suis dans les “nique ta mère”
La chattе à Rama Yade, dis-toi bien, je crains aussi
Mon côté psychopathe, j’suis pas fou, j’me mets au vert
Si j’ai les flics aux pattes ; si la Terre est plate, elle a le cul d’ta meuf
J’aime quand c’est beau et neuf, un neuf milli’ tout neuf
Ici, y a pas d’bluff, que des OG sous puff
Ne pas aimer l’État, c’est pas aimer les keufs (M1M1)

[Couplet 2 : TonyToxik]
J’ai fumé trop d’weed, le covid peut pas m’atteindre
J’suis dans c’t’industrie d’merde, une vierge dans un bar à tains-p’
En gros, j’ai rien à foutre là, M1M1
Mais j’aime foutre le souk et tout l’monde est ccord-d’a’
Rajoute un bout d’masse, full trash, dors bien que j’donne un coup d’grâce
On s’étonne, une vraie tête de Sheitan cachée sous l’masque
Tout c’qu’on voulait, nous, c’était faire du rap
C’est pas un rêve durable, donc j’ai l’équivalent d’vingt payes sous l’imperméable
C’est comme fuir une balle, la réussite, c’est viscérale
Ça peut être dangereux comme faire jouir une femme
Et qu’tu la natchaves, j’tire une taffe, j’rejoins la NASA
J’voulais t’niquer ta mère, on m’a dit : “Fais pas ça”

[Pont 1 : Deadi]
Qu’ils viennent pas dire qu’on est pareils, on l’est pas (Pah, pah)
Qu’ils viennent pas dire qu’on est pareils, on l’est pas, vu qu’on est balèzes
Ils nous salissent, on les balaye, ils nous caressent, on les baffe
Qu’ils viennent pas dire qu’on est pareils, on l’est pas (Pah, pah), non

[Refrain : Cenza & L’uZine]
Nique sa, nique sa mère, nique sa, nique sa, nique sa, aah, on est là
Quand on passe par là, tu sens la tate-pa’
Nique sa, nique sa mère, nique sa, nique sa, nique sa, aah, on est là
Tu vas t’faire hagra, ça sent la garre-ba’
Nique sa, nique sa mère, nique sa, nique sa, nique sa, aah, on est là
Quand on passe par là, tu sens la tate-pa’
Nique sa, nique sa mère, nique sa, nique sa, nique sa, aah, on est là
Pah, pah, pah, pah, pah, pah

[Couplet 3 : Deadi]
Espèce de sale enculé d’la putain d’ta mère, la reine des putes amputées
Nous sucer t’empêchera pas t’rentrer chez toi la nuque en purée
Vu l’état dans l’quel j’écris ça, tu ferais mieux d’filer fissa
J’suis avec ceux pour qui tout c’que tu dis sale est salement sucré
Sacré pompeur, t’es tellement bon qu’à pomper
Qu’j’pourrais t’appeler “mon cœur” ; t’es tellement bon qu’à copier
Qu’même les photocopieuses ont tendance à t’appeler “mon reuf”
Et t’habites si près du Midi que j’pourrais t’appeler “onze heures”
T’as des airs de bête apeurée mais aussi l’côté flippant d’ces gens
Qui croient qu’ils font peur, du genre trajet à pieds Poissy-Montreuil
J’suis d’quatre-vingt-trois, v’nez pas m’les casser avec vos preuves
Qu’ce soit Gotenks ou pas, j’continuerai d’l’appeler “Gotrunks”
Ouais, huh
D-E-A-D-I s’bat qu’avec un big Z gueulé tel un cri d’guerre
“Kill them” tatoué sur la bite, M1M1
Wow, qu’-qu’-qu’-qu’-qu’est-ce qu’il s’passe ?

[Couplet 4 : Souffrance]
Bandes de péripatéticiennes
J’rentre avec un jerrycan chez l’dix-sept
On a la marie-jeanne qui fait reset, personne n’divise à part égale
J’ramasse les morts à marée basse, on n’a pas les codes
On n’a pas les casses, bat les couilles, mes kheys craignent pas les coups
La justice, je n’l’ai jamais vue (never)
De quoi parlez-vous ? Ça va castagner
L’uZine, Deadi d’Poissy à la chaîne
Comme Peugeot, Citroën, les nois-Chi’, mais Babylone n’a pas gagné
Ils sont chefs parce qu’ils sont soumis comme Kadyrov
On s’ra riches comme le chah d’Iran, j’achèterai une île et ses habitants
Et on dansera sur des musiques d’Abidjan
J’suis loin d’eux (très, très loin), comme la banlieue loin d’Paris Centre
J’veux qu’le rap règle mes contentieux
Ils m’contemplent et m’demandent si j’suis content
Mais, frérot, j’suis loin du but, du montant
Si l’objectif se compte en eu’ (Pah, pah)

[Pont 2 : Deadi]
Qu’ils viennent pas dire qu’on est pareils, on l’est pas, vu qu’on est balèzes
Ils nous salissent, on les balaye, ils nous caressent, on les baffe
Qu’ils viennent pas dire qu’on est pareils, on l’est pas
Qu’ils viennent pas dire qu’on est pareils, on l’est pas (Pah, pah)
Qu’ils viennent pas dire qu’on est pareils, on l’est pas, vu qu’on est balèzes
Ils nous salissent, on les balaye, ils nous caressent, on les baffe
Qu’ils viennent pas dire qu’on est pareils, on l’est pas (Pah, pah), non

[Couplet 5 : Cenza]
M1M1, Seigneur Cenza, L’uZine
Deadi, j’ai b’soin d’avoir [?] d’une p’tite bibine
Et m’finir dans un p’tit string, pas d’une grosse pute sous lifting
Fumer des blunts, faire des saltos arrière dans une piscine
Mais j’ai le mal du [?] comme [?], mon morceau [?]
Semble sidéré, ma connerie ne fait que proliférer
De retour à Montreuil, ma verdure me sert de calmant
J’fais quinze fois l’tour du cimetière dans un vieux bolide allemand
Quatre-vingt-treize toujours et encore dans mon horizon
Quand j’coupe le rap à la lame de [?], c’est du saucisson
J’allume ces gros pigeons car la nature fait bien les choses
Pourquoi j’ai jamais d’réponse à chaque fois que j’m’interroge ?
L’uZine à sec, vingt piges dans les côtes, on tord les vôtres
Z’écoutent encore les autres, j’agrandis encore la plaie jusqu’à c’que ressortent les os
J’fais d’la musique qui plane comme Bob Marley ou Bob Dylan
(Ouais) Avec une p’tite guitare de Tzigane

[Couplet 6 : Deadi]
Imagine la team, Z épaulé d’celui qui les saigne dès qu’ils [?] Eminem
Qu’a plus écouté Vinnie Paz qu’Eminem
Celui qui, à chaque été, [?] saignait les albums de Big Red
Et qui écoute toujours pas son corps mais qui écoute encore EJM
Cenz’ m’a pas fait la passe que la balle est d’jà dans l’filet
File en vitesse, l’équipe est fine et fait pas dans la finesse
C’en est définitivement fini d’eux
Et Dieu sait qu’on est loin d’en avoir fini, qui dit mieux, j’le prends direct

[Pont 3 : Cenza (& Deadi)]
Hahaha (Hahahaha)
L’uZine avec un Z, D-E-A-D-I sur les p’tits (Eh ouais)

[Refrain : Cenza & L’uZine]
Nique sa, nique sa mère, nique sa, nique sa, nique sa, aah, on est là
Quand on passe par là, tu sens la tate-pa’
Nique sa, nique sa mère, nique sa, nique sa, nique sa, aah, on est là
Tu vas t’faire hagra, ça sent la garre-ba’
Nique sa, nique sa mère, nique sa, nique sa, nique sa, aah, on est là
Quand on passe par là, tu sens la tate-pa’
Nique sa, nique sa mère, nique sa, nique sa, nique sa, aah, on est là
Pah, pah, pah, pah, pah, pah (Eh ouais)

Was this article helpful?