PAROLES

Moi je ferais tout pour mes pesos, si t’es mon poto t’auras mes sommes
Et le dix quatre-vingt tu peux tester mais, tu finiras la tête au sol
Et j’ai du tout prendre comme un débrouillard, j’ai grandi sans papa, c’était pas cool
Maintenant je suis bientôt connu de tout Paname et pour la mama je suis plutôt content

Allo Dumball, ce type est bizarre il faut qu’on se le péta
Fais-moi confiance, je le mets par terre et toi tu le démarres
Allo Dumball, ce type est bizarre il faut qu’on se le péta
Fais-moi confiance, je le mets par terre et toi tu le démarres

Wesh ça dit quoi mon gars, rien a changé je suis dans le ghetto
Je dois mettre ma cabeza, ces derniers temps il y a les bleus qui me guettent
Chez nous pas de faux pas, surtout quand c’est à plat vendre le biff
Moi je te regarde pas, donc dis-moi pourquoi toi tu m’envies

Je suis dans le tieks tous les jours, comme d’habitude je vois la flicaille qui né-tour
Toi je te vois tu jalouses de mon parcours, la recette c’est d’avancer sans faire de détour
Je suis dans le tieks tous les jours, comme d’habitude je vois la flicaille qui né-tour
Toi je te vois tu jalouses de mon parcours, la recette c’est d’avancer sans faire de détour

Des allers-retours dans le bâtiment, certains sont resté dans le bloc
Ma chérie plus le temps pour les sentiments, cette année faut que je les choque
Je prends tout sans rien laisser, à minuit ouais t’encaisse
Je fais des tours dans la caisse, on met tout on nique pas les pièces
Dieu nous a rien donné, non poto on a rien volé
Je peux pas abandonner, ouais c’est dieu qui m’a donné
Je taff ma gestu, je vois les kondés vas y cache les pé-stu
Tu me vois dans le visu, toi t’as raté vas y té-ma les gros yeux

Wesh ça dit quoi mon gars, rien a changé je suis dans le ghetto
Je dois mettre ma cabeza, ces derniers temps il y a les bleus qui me guettent
Chez nous pas de faux pas, surtout quand c’est à plat vendre le biff
Moi je te regarde pas, donc dis-moi pourquoi toi tu m’envies

PARTAGER

    PUBLICITE