PAROLES

J’suis parti sans dire « au revoir », je reviendrai sans doute sans dire « bonjour »
J’comprends toujours trop tard, on s’ressemble mais je n’serai jamais comme vous
J’suis parti sans dire « au revoir », je reviendrai sans doute sans dire « bonjour »
J’comprends toujours trop tard, on s’ressemble mais je n’serai jamais comme vous

Je n’meurs pas, je vis juste
Les fleurs fanent, je ris juste
Je n’meurs pas, je vis juste
Les fleurs fanent, je ris juste

Les soirées détruisent mes journées
Le foreign m’est passé sous le nez
Le guetteur vient d’se faire soulever
Mais le terrain ne s’arrête pas de tourner
Wah, pourquoi tu ne changes pas ?
Pourquoi tu ne changes pas ?
Pose ton phone-tel quand je parle
J’suis déçu mais je n’t’en veux pas
Enfermé dehors, je n’peux plus en sortir
Tellement fatigué je n’peux pas dormir
Il faudrait qu’j’arrête d’attendre la pleine lune
Que j’arrête de me trouver des excuses

Je t’en supplie, ne sois pas comme moi
Si je te demande ton cœur, ne me donne pas
Je t’en supplie, ne sois pas comme moi
Si je te demande ton cœur, ne me donne pas

J’suis parti sans dire « au revoir », je reviendrai sans doute sans dire « bonjour »
J’comprends toujours trop tard, on s’ressemble mais je n’serai jamais comme vous
J’suis parti sans dire « au revoir », je reviendrai sans doute sans dire « bonjour »
J’comprends toujours trop tard, on s’ressemble mais je n’serai jamais comme vous

Je n’meurs pas, je vis juste
Les fleurs fanent, je ris juste
Je n’meurs pas, je vis juste
Les fleurs fanent, je ris juste

Comme tous les maris, les hommes aiment trop tromper les femmes… tu laisses ta femme là, tu pars chercher une femme dehors. Il faut que tu sois fidèle. Même si tu veux tromper en cachette. « Dieu sache que c’est ma femme, je la respecte ». Qui va doucement va sereinement. La vie est très difficile, mais moi je… je pas aimer ce métier là… de musique là. Parce que ça le temps, c’est limité. Tu ne vas pas chanter jusqu’à cinquante ans

PARTAGER

    PUBLICITE