PAROLES

Tounsi
L’empereur Alk-putain-d’pote sur Booska-P (pute)
Nouvel album, Monument le 8 novembre 2019
Suce, pute

La foudre, l’éclair, mon foutre s’déverse, sur toutes ces chiennes, j’en oublie le goût d’tes lèvres
D’la mouille séchée, on est tous déter’, on fourre des mères, salope tu te coupes les veines
La foudre, l’éclair, mon foutre s’déverse, sur toutes ces chiennes, j’en oublie le goût d’tes lèvres
D’la mouille séchée, on est tous déter’, on fourre des mères, salope tu te coupes les veines

J’me défonce jusqu’à ce que je perde connaissance
On a des comptables qui gèrent nos dépenses
Y’a des reptiliens qui surveillent nos fréquences
Sur la route du succès la Merco s’élance
Pendant que leur voiture perd trop d’essence, tu vas aller en enfer en bécane
J’baise toute l’année toi t’as zéro sheitance, tout ce qui compte pour toi c’est plaire au sheitan
Cessez tout de suite tous vos boniments, avec l’argent j’suis en connivence
J’arrive à te la mettre poliment, je m’en sors tout de même assez joliment
Elle avale mon foutu gland goulûment, elle est en totale accoutumance
Des problèmes j’en ai jamais voulu tant, quand j’y pense j’sais que tous les jours tu mens
Alk-putain-de-pote le monument, je maîtrise la langue et son maniement
J’ai écrit « sucepute » sur un beau ruban, et j’fume la résine du Pakistan
Si tu veux m’baiser il te faut du cran, j’dois en finir assez rapidement
C’est l’moment d’enfiler nos turbans, est-ce qu’ils sont halel tous ces aliments ?
Est-ce qu’elles sont réelles toutes ces diablesses, putes de l’Est et salopes milanaises ?
On avance pendant que tu sniffes la cess, des liasses vertes et puis je quitte la tess’
Je prends soin d’ma drogue mec je suis tellement loin, depuis c’matin j’ai au moins fumé cent joints
Écarte-toi de mon chemin quand j’suis dans le coin, mes enfants sur tes cheveux en guise de shampoing

La foudre, l’éclair, mon foutre s’déverse, sur toutes ces chiennes, j’en oublie le goût d’tes lèvres
D’la mouille séchée, on est tous déter’, on fourre des mères, salope tu te coupes les veines
La foudre, l’éclair, mon foutre s’déverse, sur toutes ces chiennes, j’en oublie le goût d’tes lèvres
D’la mouille séchée, on est tous déter’, on fourre des mères, salope tu te coupes les veines

PARTAGER

    PUBLICITE

    VIDEO