PAROLES

Je ne suis pas du genre à demander de l’aide, un peu comme Slimane
Je ne suis pas du genre à foutre le camp, un peu comme Steven
Ma nat’ est belle et bien française, racines africaines, mes paroles te rentrent en tête et droit au cœur tel Desert Eagle
Je ne vais pas te reparler de ma vie, l’argent, les deux-roues ça va vite, la foi et l’humeur ça varie, les tits-pe look plus Bakari que Yakari, le soir après l’école on ne regardait pas les matchs de Paris
Version Jaune, dans l’HLM, on retournait le Parc Safari
Avec 20 balles on ne remplit plus le caddy c’est fini

Taffer en Suisse, gagner sa vie, kheyyow ce n’est que le mini’
Vu l’état actuel des choses, tu sais le bonheur à cette heure …
22 piges au compteur, à cet âge j’aurais du être en master
J’ai enchainé les sons, je n’ai jamais souhaité connaître ton avis
Ouais ouais ouais je t’ai pardonné sans cogiter, sans rancœur
Tu peux oublier les gens qui sont entrés dans ta vie, sista, kheyyow, mais jamais ceux qui sont entrés dans ton cœur

On ne va pas se voiler la face, il y a trop de gens ici qui forcent
Les dos se tournent ce n’est pas une farce au moment où les choses se corsent

Je n’allume pas les mèches parce que les embrouilles je désamorce
Quand la mif plonge dans le noir, c’est bien Lilkha qui s’efforce
Les gars rendez-vous sur Mars, sur certains j’ai pris de l’avance
Je signe le contrat chez le concess’ sur et certain de l’avance
Le bonheur est sur la Gex sans la moindre équivalence
Je taffais et pas que sur mes textes pendant que tu étais en vacances

Les gens ne se rappellent pas du bien, je ne vais pas te le rappeler
Askip on me taille dans le dos pour rien : je vais juste m’en taper
7 ans qu’ils m’injurent re-frè, tu sais que Lilkha voulait juste rapper

BTS, licence et master : boy je me battrai jusqu’après
Boy ce n’est pas la joie au tier-qu’, de loin je préfère ACP
Ce n’est pas la joie quand je te tchek, tu ne le verras pas : je te l’ai caché
Assureurs de merde c’est trop !
Je me passerai bien de leurs services
De base ce n’est pas la joie kho’, la justice pose la cerise
Je t’ai parlé de la bécane, je taffais, tu mattais Bekham
Je voulais taxer cash et Bam !
13 mille euros et je décale
Les rêves se rapprochent au calme
Les kil’ passent sur le macadam
2-3 piges et ça fera bam
Je sors de S.Team, honneur aux dames

Ce n’est pas la joie et alors, le succès met tout le monde d’accord
De nature toujours à l’heure, je reste ouvert comme Centrakor
Ici la patience se fait très rare : pour un rien les mecs s’enflamment
S’il y en a un qui n’a jamais rien lâché ici, c’est wam

On ne va pas se voiler la face, il y a trop de gens ici qui forcent
Les dos se tournent ce n’est pas une farce au moment où les choses se corsent
Je n’allume pas les mèches parce que les embrouilles je désamorce
Quand la mif plonge dans le noir, c’est bien Lilkha qui s’efforce

Les gars rendez-vous sur Mars, sur certains j’ai pris de l’avance
Je signe le contrat chez le concess’ sur et certain de l’avance
Le bonheur est sur la Gex sans la moindre équivalence
Je taffais et pas que sur mes textes pendant que tu étais en vacances

PARTAGER