PAROLES

Alors écoute, sur l’instru coup de couteau, puto où t’es?
Là c’est l’retour, j’sens qu’tu vas être dégoùté
La vie c’est pas simple, on a tous fais des erreurs
Moi plus j’rap, plus j’me fais rare
Plus ils rappent, plus ils font les terreurs
Dans l’rap je m’amuse, j’vais leur faire des horreurs
J’sais que si un jour j’arrête, j’vais faire des heureux
Ceux-là j’vais les faire serrer, j’vais encore faire des euros
Ma life c’est une série
Dans l’rap j’déboule comme une balle fais d’la place bébé
En DP dans la Féfé j’vais faire l’gros c’t’été
Toi ça va moi jdinn, un p’tit me croise, veux la photo, fais l’signe
Me dit toi tu rap et moi j’deal
C’est que si y’a un mariage que j’sors la Burberry
C’est pour la crapulerie qui ont connu Gianfranco Ferré
J’ai zappé tout l’monde, j’suis dans mon coin, je suce dégun
Avec deux potes j’suis vers le quartier, franco j’fais rien
Poto fais moi signe si t’as beuh elle a poussée
Dans l’secteur ils ont pas d’enfants pourtant ils sont pleins de poussettes
Eh cul sec, eh cul sec, qu’on trinque à D’Or et de Platine
Nous on fais ça par passion ou pour buzz et gadjis
Au fait j’t’ai pas dis, y’a plus d’empathie, et ouais petit
Dans l’Audi quand j’passe, j’ai l’impression qu’on m’maudit
Hashtag je vous baise, j’deguste, j’dis: « merci »
J’ai vu avec qui tu traînais quand j’suis passé en Taxi
Fais pas la bise, lève pas le pouce
Me regarde pas quand je passe
Me dérange pas quand je pose
Tu vois pas l’instru j’la casse
Son à balle dans la caisse, dans le classe A en claquettes
Toujours un temps d’avance comme Sergio dans la Casa de Papel
Wesh cousin t’as pas pied, j’ai mon synthé, mon Pro Tools
Et vu qu’ils ont les crocs, touchent deux avocats pour mes papiers
Un jour j’vais finir Papy, j’espère revoir Papa
Ici les gens sont zarres-bi, ils veulent même c’que t’as pas
Le deum je m’abîme, j’gamberge toute l’aprem
J’ai la vue sur la ville, j’tire deux barres sur la crème
Laissez-moi loin des problèmes j’ai un bâtiment sur mon dos
J’m’en vais quand ça tenenew
Du jour au lendemain tout l’monde tourne la veste au bro
Pas grave, il y a les porte-clé, les porte-klew’
J’fais attention à l’image, j’fume pas devant les gosses
Quand j’peux j’donne des conseils, quand j’prie je fais des crises
Marseille ça lève les cross, fait des poursuites en Jetski
Et l’amende c’est un bras, si y’a un deuhman je m’esquive
J’me fais contrôler, j’fais faire l’signe JuL aux forces de l’ordre
Ouais, rien qu’je fume de l’herbe, ouais, rien qu’je fume de l’herbe
Le p’tit veux pas finir taulard, il veux faire ses dollars
Mais me dis qu’il taffera jamais pour dix de l’heure
Les gens disent des mots, méchant c’qu’ils disent de moi
C’est rien on s’adapte mais dis-moi qu’est-ce qu’il me manque?
Rien, qui m’a donné moi? Personne me donne, rien
Qui m’a dis: « JuL tiens des sous », non, rien
Un marron allez un bleu j’suis gentil, rien
D’t’façon c’est comme ça ouais j’oublie rien
Maintenant je t’excuse mais j’oublie rien
C’est malheureux à dire mais, rien
J’ai pas changé moi j’sais d’où j’viens
J’sais qu’j’serais pas déçu si j’n’attends rien
Tu fais ci, tu fais ça, toi rien, rien ,rien, rien
J’traîne avec un type qui s’tue à la Vodka Redbull
J’traîne avec mes Asics, là c’est mort je prends mon Pitbull
JuL sur la plaque, cheveux gris et bague au doigt
Cash le sac au dos, bir’ bien fraîche je bois
J’vais aller sur l’Bon Coin, j’vais m’racheter un TDM
J’crois j’vais niquer des mères sur l’autoroute de la haine
Pas b’soin d’prendre tous les chemins pour aller à Rome
Pas b’soin d’être un king pour avoir la reine
On cherche pas la merde, nous on a pas peur de Kim Kon
Mentalité d’Viking, on fais la guerre à King Kong
Poto j’ai pas de gants, poto j’mets pas les gants
Poto j’suis pas dans tes affaires donc me mets pas dedans
Petit pas de danse, on me dit t’as un don, t’es un bon, t’es le sang
T’es le zin, du raisin, trop peur d’la raison
S’noient dans l’alcool et fument sur la résine
J’hallucine, c’qu’ont me fais comme actions, c’que je vois, comme
Eh merci la teammmm
J’vais pas bouger les frères, j’n’ai même plus l’temps d’vous haïr
Vous passez votre temps à m’salir et c’est volontaire
J’me lève tard, anti-traîtres ça c’est l’mot d’ordre
Pour c’qui cachent dans le moteur et qui esquivent les motards
Ça brûle à l’intérieur arrêtez d’me faire les terreurs
A la base moi j’étais rien, j’suis qu’un terrien, j’ai pas d’R1
Tu parles quand ça t’arranges toi, je, t’ai, cramé
Faut s’méfier d’l’apparence car: Mar-seille, cramé
J’me fais discret, j’évite les gens comme un narco’
Arrête de croire que j’suis Rothschild ou que j’suis l’prince de Monaco
28 ans j’suis dans le bloc, j’ai l’impression que j’vieillit pas
J’mets mon survêt de l’OM et j’fume la beuh des Pays-Bas
Va s’manger une tarte ton pote s’ils nous mens, s’ils obéit pas
Tu l’aimais, même bien, il t’as eu, t’as pas trahit mais il va
Au poste fiché, j’suis en couple avec la rue elle m’a piegée
Que des bâtiments sur ma vue frère j’me fais chier
J’ai vu ta tête elle est bizarre, arrête de flécher ah
Fais gaffe le flic il t’attrape, il te matraque
Et quand j’pars avec mon bolide ça dis: « sh’allah qu’il frappe »
T’es plein de « oulalala » passe-moi le stunt j’lève toute l’allée
J’me vois vers Cuba là sous l’soleil jouer au ballon
Gaucher comme Dybala, toujours l’même 28 balais
J’envoie un p’tit pas là, big up pour les frères aux palais
C’est plein de « blablabla » pleins de manies, pleins de scènes
Ca y est c’est la goutte d’eau qui a fait déborder la Seine
J’protège les miens, comme les guetteurs protègent les charbonneurs
A la routine, c’est qu’j’suis mal luné si je rentre de bonne heure
Dédicace aux vaillants qui disent je prends tous sur moi
Si on se fait péter et qu’on est dans la ture-voi
En cellule c’est rien, le retour dans la dure vie
A.ZZ au téléphone ça fais plais’ d’entendre sa voix
Faut envoyer les Belin sans le dur ça sera mieux
J’traîne a trois, quatre pas à vingt et on vera quand on sera vieux
J’vis et j’ai le fuego, ¿No comprede amigo?
Faut remplir le frigo, faut faire gaffe au bigo
J’analyse, j’observe boy, y’a trop de galères
Plus d’confiance, plus de repères, nique moi ta mère
Les p’tits sont en manque de love, en manque d’amour
Pas d’humeur, ça prends le Runner de mauvaise humeur
J’démarre, j’en ai marre moi de tous ces bâtards
J’suis dans l’fusil à lunette, dans le collimateur
J’ai pas fais l’blond, j’ai fais le blanc, j’t’ai vu quand j’ai mis le plein
Tu m’a fais le signe JuL, je te dis: « Eh merci bien ! »
Et merci bien la zone
Et merci bien la zone
Et merci bien la zone, zone, zone, zone
Ouais, ouais, ouais, ouais, vas-y nique ta gram’s, y’a plus d’état d’âme
Rompompompom, on est des tas d’hommes
Tu vises la tête? Allez bouge de là
Poto c’est pas de l’eau là c’est de la Vodka Pomme
Trop de fils de
Ouais trop d’choses a dire sur ces gens à en faire des mixtapes
J’me sens pisté, comme si j’étais costaud
C’est un casse-tête là il faut qu’je casse tout
Ouais, te casses pas la boule, j’rap à la cool
J’m’en bas les couilles, d’où tu viens, de qui t’es
Au mic c’est JuL ouais, sous la cagoule, j’ai encore plein d’textes à liquider
Un oeil sur les ennemis, l’autre sur l’frero et la mama
J’ai bu deux verres, j’tourne en ville et il a plus d’visière le Momo
J’fais c’que je peux moi, quand je le veux
Garde tes conseils frangin, j’sais c’que je vaux
J’sais c’que je fais ouais, tu sais pas ce que je vis
Ce qui se cache derrière tout ça, truc de fou
D’Or et de Platine, ça c’est le label
Dans le rap j’taquine, ton game je le ken

On choque des tatas hein

PARTAGER

    PUBLICITE

    VIDEO