PAROLES

Par la fenêtre du train
Qui me ramène chez moi
Je vois passer des indiens
Ça sent le banania
La fête à la guirlande
Sous le préau de l’école
Et le petit goût d’amande
A la pelle du pot de colle
Les doigts dans l’encrier
La plume Sergent Major
Et le protège-cahier
Qui cache un bouton d’or
La gomme bleue d’un côté
Pour effacer très fort
Et rose de l’autre côté
Pour effacer moins fort

Je reviens

Le tout premier lacet
Attaché par grand-mère
Assis avec les pieds
Qui touchent même pas par terre
Les genoux écorchés
Et le mercurochrome
Faut surtout pas pleurer
Sinon t’es pas un homme

Sur un fil des chemises
Qui sèchent en plein soleil
Une paire de cerise
A cheval sur l’oreille
Les festins de bonbons
Et de choux à la crème

Le sirop qu’est pas bon
Mais qu’il faut boire quand même

Je reviens

Les parties de cache-cache
De la cave au grenier
La glace à la pistache
Qui coule sur le cornet
La musique d’une fanfare
Le 14 Juillet
La bulle du malabar
Qui éclate sur mon nez
Un bateau dans les villes
Fait en bois d’allumette
Les livres à colorier
Les manèges de la fête
Les aiguilles du sapin
Sur les cadeaux de Noël
Et les roues d’un petit train
Tiré par une ficelle

Qui revient

Un mariage de campagne
La mariée et sa traîne
Du mousseux, pas de champagne
Les bouchées à la reine
Et deux petits coeurs gravés
Sur la margelle du puits
C’est promis, c’est juré
On se mariera aussi

Les ricochets dans l’eau
Et la cabane en planches
Le dessin d’un oiseau
Les habits du dimanche
Une caresse, un baiser
Une odeur de maman
Une assiette de purée
Avec le petit volcan

Je reviens

C’est mon enfance à moi
Et c’est chacun la sienne
Y’a surement un bout de toi
Qui ressemble à la mienne
C’est chacun son chemin
En tout cas c’est ce que je vois
Par la fenêtre du train
Qui me ramène chez moi
Chez moi
Chez moi
Je reviens

PARTAGER

    PUBLICITE