PAROLES

Paroles de “Jok’Air – Je vis cette mélodie”

[Intro]
Le bruit et l’odeur d’la souffrance et l’ennui
L’éclair, l’orage, le vent et la pluie
Mon environnement déteint sur qui je suis
Maman n’a plus mon cœur et mes tripes
Le mauvais œil, la rage, la jalousie
L’ingratitude, la haine et l’hypocrisie
On a grandi dans la violence ici
Le sang, la sueur et les larmes et l’oublie
L’arme, de la drogue, laissant d’l’argent facile
Les voitures, les sapes, les bijoux, les belles filles
On vient des coins sombres, ce qui brille nous fascine
On fonce vers la mort, la prison ou l’asile
La fin, la soif, le manque et les envies
Et c’est tout l’histoire de l’art saint d’la musique
Pour s’en sortir on fait tout notre possible
Donc j’ai échappé doutes, la foie, la réussite
Les autres, les traitres, les lâches, les ennemis
Les nôtres, le gang, les amis, la famille
On croit tous être dans le camp des gentils
La guerre, la paix, le respect et les rixes
Le béton, l’bitume, les médocs, les points d’deal
La Françafrique, le racisme, la police
C’est [?] ne vivent pas ce qu’on dit
J’vis cette mélodie, oui j’vis cette mélodie

[Couplet unique]
Hey, tout les jours j’vis cette mélo-die
C’est trop deep, à chaque réveil j’ai mal au bide (Hey)
Dès le matin j’me roule un spliff
J’apaise mes douleurs comme je peux
J’ai l’impression d’tomber dans l’vide
D’où j’viens l’atmosphère est triste
Mais j’essaie d’rester positif
Parce qu’aujourd’hui j’ai mon fils
Et j’veux garder son sourire sur ces lèvres
Et j’veux voir heureuse ma nièce
Alors, chaque jour que Dieu fait j’dois faire ce biff (Hey)
Et ils veulent qu’on abandonne
Moi et ma bande, ouais, ce n’est pas dans nos plans, nan
J’suis dans la Benz, avec une bitch qui n’a rien à envier aux stars du porno
Quand je la baise, on pop des mollys, mais sans jamais parler d’amour
T’fais pas de mal chérie coco, garde pour toi tes belles paroles
J’veux que ton cul, préserve ton cœur j’t’en prie garde les pour un autre
Juste moi, ma monnaie, mon peuple, le jeune négro vient du bloc
Le jeune négro vient du hall, jeune négro vient d’ces ghettos d’Paris
Tout les jours nique la police, j’n’ai pas confiance en la justice
Le gouvernement nous méprise, ils nous ont mis à l’écart dans nos tours
Le colon pleure en [?]
Ils flippent, parce qu’on est partout
On est pas comme eux nan, on sait qu’on les dérange
On fait d’la moula, aujourd’hui on mange
Ouais nos pauvres parents dans le passé de peur se sont trop tus
Tout ce qu’ils veulent c’est qu’on reste à notre place et qu’on s’entretue
On excelle parce que pour nous tout est deux fois plus dur
En effet, ici on affronte la vie de dos au mur
Tout c’qu’on fait, c’est foncer tout droit, on a pas d’autres issues
C’est la guerre, j’ai vu trop d’mes semblables tomber dans ma rue

[Refrain]
J’fais cette mélo (Eh), j’vis cette mélodie, ouais, c’est ma maladie
Nan, j’ai pas d’mal à dire que je n’vis que pour cette monnaie
J’survis depuis que j’suis môme, je n’vis que pour cette monnaie
J’survis depuis que j’suis môme (Eh)
J’vis cette mélo (Eh), j’vis cette mélodie, ouais, c’est ma maladie
Nan, j’ai pas d’mal à dire que je n’vis que pour cette monnaie
J’survis depuis que j’suis môme (Eh), je n’vis que pour cette monnaie
J’survis depuis que j’suis môme

[Outro]
-Euh, l’association, euh, de ton papa, et de tonton Davidson, et de tonton Isma et de plein de tontons, bah… ils donnent des livres à ces enfants là, euh, ils les fons sortir. Euh… c’est une association pour présenter, euh, l’art et la culture. Euh… j’ai beaucoup d’chance
-Vous avez d’la chance
-Bah par c’que moi j’connais ça depuis qu’j’suis toute petite et lui aussi
-Tu penses que tout les enfants ils devraient avoir pareil que toi ?
-Ouais !
*pleure*
-Viens c’est bon, viens !
-Pourquoi tu pleures ?
-Bah par c’que y a des enfants qui ont pas d’chance, par c’que… par c’que ils connaissent pas tout ça et c’est triste
-Tu vas les aider ?
-Oui !

PARTAGER