PAROLES

Assise sur les bancs du grand amphithéâtre
Tout près de la sortie c’est une place en or
Je regarde les gens qui meublent ce théâtre
Et qui baillent et rebaillent et qui rebaillent encore
Le professeur fait son cours sur l’histoire d’Angleterre
En 1066 invasion des Normands, en 1338 il y a eu la guerre
Celle qu’on a appelé la guerre de cent ansQu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres
J’en ai encore pour quelques années peut-être
Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres

Mais enfin vers midi le cours est terminé

Deux heures de cours ça creuse et ça semble bien long
Cent balles dans la machine et vous pouvez manger
Des sandwichs au jambon où y a pas de jambon
Les étudiants déjeunent ou bien se désaltèrent
Moi je pense à lundi où je serai au studio
Sans oublier que les mines de charbon d’Angleterre
Se trouvent à Liverpool, à Cardiff et Glasgow

Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres
J’en ai encore pour quelques années peut-être
Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres

Assis tout près de moi, il y a des gens de psycho
Des petits gars boutonneux qui parlent de leur âme

Et avec de grands gestes, chacun fait son solo
Sur la pensée de Kant, de Bergson ou de Sartre
Quand ça devient mignon, c’est une licence de lettres
Petit costard cintré, grande fente dans le dos
Qui vous dit volontiers, avec fierté peut-être
Je ne lis que Gide, Verlaine ou Rimbaud

Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres
J’en ai encore pour quelques années peut-être
Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres

PARTAGER