Thérapie Lyrics - Nahir — Paroles de Chansons

PAROLES

[Intro]
Eh, eh, eh (mmh)
Range le fer
J’sais pas
Psch, Araï (mmh)
Eh

[Couplet unique]
Qu’est-ce qui va leur rester une fois qu’j’serais parti ?
Qu’j’le veuille ou non, c’est Dieu qui décidera quand j’quitte la partie
Tous mes concurrents sont par terre, maman, j’t’ai dis qu’j’le ferais
T’as qu’à observer, j’ai perdu des potes en chemin, nique sa mère, t’auras ton pavillon
J’ai pas dit mon dernier mot, y a trop d’gens qui comptent sur moi
Tantôt, j’me dis qu’j’ai pas l’niveau, tantôt, j’me dis qu’j’suis p’t-êtrе trop lent
À l’heure actuеlle, c’est pas trop mal, à la maison, j’suis pas trop là
Parce que j’bosse deux fois plus que les autres, j’crains personne, j’vais les traumat’
J’leur mettrais que des coups d’toma’, j’les laisserai tous dans un coma
Insurmontable, j’suis sûr de moi, tu mises ou bien tu baises ta race
Laisse-les faire du gangsta rap, les vrais gangsters font pas du rap
J’ai pris ma chance et mon courage, nan, en fait, j’ai juste pris mon courage
À deux mains, j’frotte mes couilles pour faire un vœu
C’est qu’elles deviennent plus grosses tous les jours
J’veux faire des disques d’or pendant que j’dors, j’veux plus connaître le four
Ça m’rend fou d’ramener des billets sales à la maison
Faut qu’j’me raisonne mais j’suis dans un sale passage de ma vie
C’est pire qu’un passage à vide parce que j’suis déjà dans le vide
Le fric gonfle vite comme le bide, faut qu’j’le remplisse à tout prix
D’y arriver, j’suis tout prêt, pour l’instant, j’suis incompris
Ça reste incompréhensible comme de mettre les deux doigts dans la prise
Tu sais qu’ça tue, attends l’coup d’jus, on t’verra pas faire de signe d’S.O.S
J’connais la route du succès vu qu’j’ai mis l’GPS
Mais y a des travaux partout alors faut que j’contourne les adresses
Laisse, j’ai du co’-co’ à don-f’ et j’ai pas l’intention d’nehess
Tu vois c’que j’veux dire ou tu fais l’sourd comme tous les autres ?
Garde tes promesses, j’ai pas besoin d’eux, j’vais leur faire mal au fond
J’suis entouré d’personne, y a qu’des fêlés, certains sont là que quand ils ont besoin d’aide
Y a ceux qui parlent parce que j’suis l’poto à Dembélé
Alors j’préfère être dans mon coin, toute façon, personne n’est comme moi
Depuis petit, j’suis pas commode, depuis tout jeune, j’suis pas comme eux
Ok, j’ai envie d’toquer vu qu’j’sais qu’il y a derrière la porte
La tchop d’la taupe, que j’le suivais, le pire c’est que j’le suis sans forcer
J’me laisse enfoncer dans l’fossé, dans l’fond, c’est dur de repousser les fils d’Iblis à ma portée
Par exemple, quand j’pense à pisser, j’suis moins lucide
Tant pis, j’dévoile mes sentiments comme quand j’appelle à 4 heures du mat’ pour t’dire à quelqu’un qu’il t’manque
Sa mère la pute, j’ai trop bu, y a trop d’fumée, j’respire plus
Mais là, mon cerveau me suit plus, j’ai l’impression qu’mon cœur me tue
Des fois, j’aimerai aller bosser comme tout l’monde mais j’peux pas
C’est pas avec un SMIC tous les mois qu’j’laisserai quelqu’un m’appeler “papa”
Wesh, t’es fou, faut des sous, au point où j’peux plus compter, j’vais arrêter dire qu’j’suis boycotté
P’t-être que j’ai pas assez bossé, mais en vérité, j’ai une vie trop perturbée
On attend l’buzz mais si il vient, j’suis même pas sûr de l’supporter

[Outro]
Fin d’thérapie
Araï
3 heures 42, répét’ 45
Ouais, c’est bon comme ça

PARTAGER

PUBLICITE