PAROLES

J’suis sur le cran d’arrêt j’me demande à quoi sert une maison d’arrêt
Les jaloux disent qu’on meurt bientôt, à c’qu’il parait
J’suis sur le cran d’arrêt j’me demande à quoi sert une maison d’arrêt
Les jaloux disent qu’on meurt bientôt, à c’qu’il parait

Yeah
J’suis à terre mais j’suis pas tombé, le bonheur c’est qu’un instant, ce soir on affiche complet
J’regarde dans la foule, je sais que t’es pas là, pourtant je n’vois que toi
Le rap, les shows, la ville, mon flow, j’suis à deux doigts d’tout arrêter
Et j’me rappelle qu’j’suis l’nouveau Solaar, rallume le micro, j’suis à deux doigts d’tout baiser
J’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à deux doigts d’tout arrêter
J’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à deux doigts de tout
Le silence fait plus mal que les mots, chez nous l’espoir c’est l’argent des pauvres
Le silence fait plus mal que les mots
J’ai beaucoup changé mais j’suis le même, beaucoup changé mais j’suis le même (regarde-moi dans les yeux)
J’ai beaucoup changé mais j’suis le même (hein), beaucoup changé mais j’suis le même
Ne plus jamais se revoir, est-c’que tu crois qu’on peut ?
Est-c’que tu crois qu’on veut ? Je voulais juste croire en nous
J’aurais dû croire en eux, j’aurais dû croire en Dieu

J’suis arrivé dans l’rap avant la mort du troisième couplet, j’me suis fait tout seul, aucun grand d’la tess pour m’adouber
J’suis l’mec que tout l’monde aime bien mais qui vend pas beaucoup de skeuds
Mais tout ça c’est fini, tout ça c’est fini, je l’jure devant Dieu
Première fois d’ma vie qu’la barre est aussi haute, première fois d’ma vie qu’j’ai peur en allant au studio
Aucun de tous ces fils de pute n’pourra m’arracher la main, aucun océan sur Terre n’pourra noyer mon chagrin
Venu au monde comme un brolique discret, comme Broly, R10 Ronnie, venu au monde comme un colis suspect
Le rap comme seul exutoire, les réflexes d’un ex-lutteur, j’suis passé de Clark Kent à Lex Luthor
Déçu d’la fraternité, j’marche seul la nuit, chez nous, y’a plus de cimetières que d’maternité
J’lui ai dit qu’j’irais mieux si je commençais à boire, elle m’a dit qu’j’irais mieux si j’recommençais à croire
Ton sourire n’efface pas les problèmes, les bonnes actions n’effacent pas les mauvaises
J’rêve de tout, j’rêve de autre part
Toutes les montres donnent la même heure, j’men bats les couilles, j’veux une Audemars
J’pensais qu’on allait s’revoir, on s’est jamais revus, j’veux plus jamais rien prévoir car rien n’se passe jamais comme prévu
Derrière son sourire imparfait, je crie au secours, j’fais que d’ken et d’rapper, ma vie c’est Up In Smoke Tour
Du lundi au lundi, Cinquante Nuances de crime, j’ai fait le deuil de personnes qui sont encore en vie
Death Note, j’rappe tout c’qui m’passe par la tête, ma dernière rime s’ra *coup de feu*

J’suis à terre mais j’suis pas tombé, le bonheur c’est qu’un instant, ce soir on affiche complet
J’regarde dans la foule, je sais que t’es pas là, pourtant je n’vois que toi
Le rap, les shows, la ville, mon flow, j’suis à deux doigts d’tout arrêter
Et j’me rappelle qu’j’suis l’nouveau Solaar, rallume le micro, j’suis à deux doigts d’tout baiser
J’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à deux doigts d’tout arrêter
J’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à, j’suis à deux doigts de tout
Le silence fait plus mal que les mots, chez nous l’espoir c’est l’argent des pauvres
Le silence fait plus mal que les mots
J’ai beaucoup changé mais j’suis le même, beaucoup changé mais j’suis le même (regarde-moi dans les yeux)
J’ai beaucoup changé mais j’suis le même (hein), beaucoup changé mais j’suis le même

J’suis sur le cran d’arrêt j’me demande à quoi sert une maison d’arrêt
Les jaloux disent qu’on meurt bientôt, à c’qu’il parait
J’suis sur le cran d’arrêt j’me demande à quoi sert une maison d’arrêt
Les jaloux disent qu’on meurt bientôt, à c’qu’il parait
J’suis sur le cran d’arrêt j’me demande à quoi sert une maison d’arrêt
Les jaloux disent qu’on meurt bientôt, à c’qu’il paraît
J’suis sur le cran d’arrêt j’me demande à quoi sert une maison d’arrêt
Les jaloux disent qu’on meurt bientôt, à ce qu’il paraît

PARTAGER

    PUBLICITE