PAROLES

J’ai trouvé ton message, dans la pente du ciel
Là où l’hémisphère est de passage
Étendu là dans l’océan marine
Parallèle à la lune, un trait que l’on dessine

Les oiseaux se pavanent, dans la danse du feu
Pour caresser l’opale, la couleur de tes yeux
Et les fleurs qui se fanent, pareil à tes paupières
Se déposent en silence, comme l’écume de mer

De Pertusato, de sons Phare dans la nuit
De pertusato, de cette voix qui guérit

???

J’ai toujours pris la tangente vers les chemins noirs
Ceux qui passent au travers, de nos cœurs, de l’espoir
J’alambique les nuages, je distillais le jour
Alcool et paysages, pour mieux me dissoudre
Je rends grâce à ton âme, et je cherche un soupir

Dans les cieux, dans les flammes, comment t’as pu mourir

T’éclipser sans accord, t’en aller à la dérive
Sans laisser même missive pour quoi faire de ton corps

À Pertusato, et son phare dans la nuit
À Oertusato, tant pis

???

PARTAGER

    PAROLES DU MOMENT