PAROLES

Je suis la pleureuse italienne
Recroquevillée sous le chêne
D’un cimetière imaginaire, où l’on enterre guère que de l’air
Oh pourvu qu’une guerre explose
Pourvu qu’un tyran s’interpose
J’aime tant pleurer avec mes frères
Oui c’est très beau de les voir faire

Pleure, Clara pleure
Pleure, Clara pleure

Qu’on me donne un soldat à attendre
Une raison pour mon cœur tendre
De se confondre aux sentiments
C’est ainsi qu’il se sent vivant
Ma main gantée tient le mouchoir
Tout mouillé de mon désespoir
C’est moi assise dans ton ombre
Comme la nuit qui vient est sombre

Pleure, Clara pleure
Pleure, Clara pleure

Pleure, Clara pleure
Pleure, Clara pleure

Pleure, Clara pleure
Pleure, Clara pleure

Pleure, Clara pleure
Pleure, Clara pleure

Pleure, Clara pleure
Clara

PARTAGER

    PUBLICITE

    VIDEO