PAROLES

Je prends le pli, je m’adapte, aux péripéties
J’ai mes lentilles de contact, pour mieux voir la nuit
J’envie ton manque de tact, ta philosophie
Je plisse les yeux, je contracte, pour comprendre ce que tu dis

Ça m’arrive quand je bois pour retrouver ma voix
Je suis vive, je la vois, j’ai la confiance en moi
Si je m’écoute, je te quitte, je fais ma route et j’en profite
J’ai ce doute, qui m’habite, et très vite

Je prends le pli, je m’adapte, aux péripéties
J’ai mes lentilles de contact, pour mieux voir la nuit
J’envie ton manque de tact, ta philosophie
Je plisse les yeux, je contracte, pour comprendre ce que tu dis

Je prends le pli, je m’adapte
J’interagis, je m’hydrate
Je survis, je reste intacte
La prophétie est exacte

Et si tu voulais voir, une potentielle issue
Qu’il reste de l’espoir, que tout n’est pas perdu
Je me rappel du soir, où on s’est mis à nue
Sans penser à plus tard, ni à l’heure, ni aux problèmes

Je prends le pli, je m’adapte, aux péripéties
J’ai mes lentilles de contact, pour mieux voir la nuit
J’envie ton manque de tact, ta philosophie
Je plisse les yeux, je contracte, pour comprendre ce que tu dis

Et pour une fois, je voudrais te dire que je regrette
Les derniers mois, où c’était compliqué dans ma tête
Mais je ne sais pas comment lire dans tes yeux qui reflètent
La dernière, où on s’est pris dans les bras

Je prends le pli, je m’adapte, aux péripéties
J’ai mes lentilles de contact, pour mieux voir la nuit
J’envie ton manque de tact, ta philosophie
Je plisse les yeux, je contracte, pour comprendre ce que tu dis

PARTAGER

    PUBLICITE