PAROLES

Ouais (Allez mon équipe)
Ayy
Écoute

J’aimerais que tout le monde me dise exactement ce qu’il attend de moi
Dès la première seconde, j’aime pas tous leurs petits secrets
Ils parlent sur moi dès que j’ai le dos tourné
Mais ils ne montrent à la street qu’une attitude détendue
Mon pote, où est ta décence
Arrête d’agir comme un « puto »
Tu pourrais rester au top comme Antetokounmpo
J’ai fait l’nord de la frontière comme Vito Rizzuto
J’fais des teufs à Miami, ils nous kiffent « mucho »
Sur le « ho ratio », me sens comme David Caruso
Y’a plus assez de gens qui me portent aux nues
J’fais ça depuis que T-Pain nous sert du Nuvo
Dites-leur que j’dirige le pays, ils répondront : « Ma foi c’est vrai »
Papi chulo, j’attrape un « culo »
Et c’est de moi qu’ils pompent tous leur flow
C’que vous faites c’est de pire en pire
Laissez-moi rapper sur ce truc de Casper Le Fantôme
Pendant que vous remplissez les trous
Les mecs vous êtes trop frileux
Tu vois ma collection de montres donc tu crois que j’ai le temps
Car avec le rubis rose, ça fait deux tons
Ou je l’échange pour celle que j’appelle « R.I.P. Nipsey »
Car j’te jure devant Dieu que le cadran est serti de 60 de ces pierres bleues
Peut-être que j’suis trop défoncé
Du marbre Calacatta pour ma pierre tombale
Ici repose un négro qui n’a jamais menti dans son nouveau son
Ni dans ses anciens sons
Ils chantent comment s’ils faisant de la Folk
Kumbaya, boom-ba-ye
Tu sais que le hibou reste sur moi
Des grosses bitches veulent m’amadouer
Elles veulent que j’leur serve leur Earl Grey
Mais j’suis pas vraiment du genre à donner des noms
Le seul t-shirt que je t’offre, c’est pour ta marche de la honte
J’ai le cœur sur la main et mon corps est au hall of fame
Haute couture et ma vie n’est qu’apogées
Et mes souhaits se réalisent même sans fontaine
Chez LeBron, y’a des gros verres ballon
C’est comme ça qu’on passe le temps
Cent mille sur la ligne
À la table, le croupier prie pour qu’il sorte un neuf
Ça n’arrive pas la plupart du temps
Mes nuits perdues sont toujours quelque chose
Mais tout ça je l’accepte
Toi qui es dans le déni, on n’est pas au coude à coude
Ça fait des années qu’on ne t’a pas vu habillé correctement
Mec, j’emmerde le « respectueusement », j’veux juste qu’on me respecte
Ils ont essayé de me faire porter le chapeau, je dis c’que je pense
Des gens qui auraient pu rester dans l’équipe
Ils n’ont pas joué franc-jeu
Des nuages au-dessus de ta tête, car je règne en maître
Certains de ces rappeurs mentent, ‘faut pas les écouter
J’ai dû sortir mes négros de la boue comme si j’entraînais des marines
Négros les gamins vous envient, moi j’vous trouve pas si célèbres
Comme je t’ai dit j’vise la tête, je ne cherche pas à plaire
J’en ai rien à foutre de tes baskets et de tes t-shirts de designers
Si quelqu’un t’offre du Gildan, t’auras un peu de moi sur ta peau
Croyez-moi, y’a des trucs, faut les voir pour y croire
C’est pour ça qu’ils ne croient pas en toi, qu’ils te laissent tous tomber
C’est pour ça que t’achètes ce que les média te donnent à voir
Tu sais que le quatrième niveau de jalousie c’est les médias
N’est-ce pas là une révélation ironique ?
Donne cette adresse à ton chauffeur, fais-en ta destination
Au lieu d’un post en désespoir de cause
J’suis en train de méditer profondément
Pendant que vous essayez d’impressionner le pays
L’esprit s’emballe sur de simples suppositions
Au nom de quoi apportons-nous la paix et donnons des leçons ?
Alors qu’on retourne au combat sans hésiter ?
Mais laissez-moi faire une digression au nom de l’association
J’vais la jouer cool avec vous, puis marquer un mec comme Copenhague
Tu vois, ils se relâchent comme des cages ouvertes
Dans une La Ferrari, mes émotions s’emballent, je danse dans un appart’, me baigne dans l’océan
Ils m’appellent leur « Bro », mais on n’est pas de la même famille
J’allais donner du crédit à ces négros, mais j’ai bloqué le paiement
On peut dire que j’suis le meilleur dans l’game, à mon plus grand étonnement
Le meilleur au monde, ça se discute pas
Vous voulez me pousser sur une pente glissante comme si on faisait du roller
On est dans l’ère Drake, mec, on est dans l’âge d’or
Regardez le total des salaires
Et regardez les héros qui tombent en disgrâce dans leurs vieux jours
Si on parle du top 3, alors t’as carrément volé ta troisième place
Je lance des Rolex serties de diamants
Quand j’étais gamin, ils me disaient, « Mon garçon, tu iras loin »
Ils ont jamais compris jusqu’où je pourrais aller

Ouais

PARTAGER

PUBLICITE