Noir Paradis Lyrics - Georgio — Paroles de Chansons

PAROLES

[Couplet 1]
J’ai jamais dit “je t’aime” à mes frères, pourtant, j’l’ai pensé
Mais les mots, dans ma bouche, disparaissaient
Noyés par mes démons qui naviguent entre ciel et terre
Tu m’as croisé à un feu rouge dans Paris
Pourtant, j’me fais rare comme les nouveaux amis
Si t’as ma confiance, c’est qu’le monde est ta ville
Que quand tu dors, le soleil est ta nuit
Comme les yeux d’une fille de 20 ans, je sais qu’tu brilles
Même si tu n’étudiеs plus vraiment
On a tous fait l’école de la viе
J’ai vite fait mes choix entre l’alcool et la Bible
Y a mes potes qui déconnent, nos consciences qui s’abiment
Mais j’suis toujours dehors à errer sous la pluie
La drogue : un arc-en-ciel quand l’espoir est sali (est sali)
Quand la lumière s’allume, j’pars retrouver mon lit (mon lit)
Nan, j’veux pas qu’ton cœur s’enlise
J’ai tellement envié les autres que j’comprends qu’on m’envie (‘vie)

[Refrain]
Et si c’était ça, le paradis ? Le monde dans lequel on vit
Et si c’était ça, le paradis ? Le monde dans lequel on vit
Et si c’était ça, le paradis ? La confiance, les conflits
Et si c’était ça, le paradis ? Les enfants, les zombies

[Couplet 2]
J’en ai marre d’arroser l’désert, de courir les lacets défaits
Petit, j’enchaînais les rêves, puis, j’ai pris l’coup droit de Federer
Et dire qu’on disait qu’on s’aimait fort, qu’on jurait : “À la vie, à la mort”
Non, maintenant, y a plus d’amour et j’t’appellerais pas si j’ai b’soin d’secours
T’as tout d’même changer ma vie, yeah, mais la vie a changé à son tour
J’ai vu [la chance/l’absence ?], pris mes jambes à mon cou
J’l’ai saisie, j’lui ai cassé les côtes, la bouche et les genoux
Ouais, parce que tous mes modèles, ils ont pourri ici
Avec les fleurs qu’on arrose plus, avec les hommes qui font les grosses putes
La pauvreté, ça ouvre les cœurs, les gueules et la dalle, frère
Le rap, ça paye pas si t’es l’meilleur mais si t’as la dalle, frère
Pour me faire comprendre, nan, j’ai pas envie de toucher le froid d’une arme
Mais les millions nous calculent pas, les impôts m’disent : “On te f’ra du mal”

[Pont]
Oh, et dire que l’on vit comme des robots
J’suis Paris, j’suis London, j’suis New-York, j’suis Douala, Hambourg et Tokyo
Oh, dire que l’on vit comme des robots
J’suis Madrid, j’suis Sydney, Kinshasa, j’suis Moscou, Seoul et Rio

[Refrain]
Et si c’était ça, le paradis ? Le monde dans lequel on vit
Et si c’était ça, le paradis ? Le monde dans lequel on vit
Et si c’était ça, le paradis ? La confiance, les conflits
Et si c’était ça, le paradis ? Les enfants, les zombies

PARTAGER

PUBLICITE