PAROLES

J’ai du zetla à la barre, toujours là sans y être
J’suis passé d’là à là-bas, j’suis plus malheureux qu’hier
Vous êtes pas là à la base, j’suis pas dans vos prières, j’suis dans celles de ma mère, j’l’aime, j’l’ai rendu fière
J’ai dû caché ma tristesse pour pas qu’vous la ressentiez, j’te dis « salam », j’suis pas enchanté
J’ai l’coeur en chantier, j’étais sonné, j’dormais pas dans un sommeil à moitié
J’me suis réveillé, j’étais connu dans tous les quartiers
Les soucis les plus graves n’ont pas soigné mes vices en effet

J’signe des autographes à des douaniers, à des fils de préfet
Ils s’branlent sur des rumeurs, j’réponds pas à ces attaques et m’rabaisser à eux, ça ferait d’la pub à tous ces bâtards
J’apprivoise la souffrance, j’ai plus d’pitié, plus d’vice, j’m’en bats les couilles de c’que tu penses comme un huissier d’justice
Oublie pas qu’t’as qu’une vie juste au cas où tu m’pistes, on va t’le dire qu’une fois
Rends-moi juste mes thunes, ??? c’est bizarre
Toujours un traître caché derrière une bise
J’ai toute ma tête, j’ai du flair, ton ami qui pue l’vice
Pour toi j’prendrais plus l’risque, habitué des remords, la solitude ou la mort
J’sais pas c’est quoi l’plus triste, c’est ça la vie d’un voyou ? Faire du mal à sa famille, voir sa mère au parlu, penser à elle au tard-mi

Frérot quand t’as rien à manger, ici personne te respecte
Et tellement rien à changer, j’ai l’impression que j’me répète
Encore un texte écrit où j’pose ma ‘teille, mes tripes, j’vais rester vrai dans l’truc et j’vais en payer l’prix
Habitué au goût amer face à un tel méprit
J’me renferme sur moi-même, j’me prends la tête, j’maigris
J’achète pas c’que t’achètes donc j’ai plus de lové
Rien à foutre d’ton CV, un coup d’fil et j’te fume
Tu m’jalouses en cachette, du poison dans l’rre-ve, t’as dû rêver qu’j’dormais
Réveille-toi fils de pute

PARTAGER

    PUBLICITE